Templiers Légendaires
Merci de t'inscrire et de te connecter avec ton pseudo IG, c'est plus facile pour te reconnaître !

Dekaron MMORPG free to play, vieux mes pas trop dépassé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dekaron MMORPG free to play, vieux mes pas trop dépassé.

Message par Invité le Mer 9 Juin 2010 - 6:56

Dekaron



//





Nous poursuivons notre tour d'horizon des MMORPG
free to play (téléchargeables et jouables gratuitement) avec Dekaron.
Lorgnant ostensiblement du côté du hack'n slash, avec un système de
combat particulièrement dynamique à l'appui, le jeu de GameHi emprunte
un ton plus adulte pour se démarquer de la concurrence. Est-ce
suffisant ?



Resituons d'abord les choses dans leur contexte. Dekaron est, à la base, un MMORPG
coréen, importé aux Etats-Unis par Acclaim Games sous la houlette d'un
certain David Perry (mais si, vous savez : le papa de Earthworm Jim).
Sorti là-bas sous le nom de 2Moons et légèrement remanié pour
l'occasion, le jeu avait de toute façon suffisamment d'arguments pour
plaire aux joueurs occidentaux : son univers est plus sombre et plus
violent que de coutume et son gameplay emprunte autant au genre du hack'n slash qu'à celui du MMORPG,
à la manière d'un Guild Wars. Dekaron est sorti en Europe en mai 2008,
reprenant au passage son titre d'origine. Disponible sur le portail de
Gametribe, il conserve son modèle économique de free to play : vous pouvez le télécharger gratuitement et y jouer sans abonnement. Bien entendu, il est doté d'un item shop
qui tentera de vous convaincre de sortir la carte bleue pour faciliter
votre progression ou enrichir votre expérience de jeu. Mais, comme
d'habitude, rien ne vous y oblige.

Voilà ce que donne Dekaron sous son meilleur jour. Le background
du jeu est réduit à sa plus simple expression : dans le monde de
Trieste, éclairé par deux lunes, la guerre du bien contre le mal est
sur le point de reprendre à l'occasion du retour de Karon, le
seigneur-démon. En attendant, à vous de vous créer un avatar
suffisamment solide pour faire face aux monstres qui ont envahi
Trieste. Enfin, en guise de création, vous n'aurez droit qu'à un simple
choix entre six classes à la race et au sexe prédéfinis, particularité
issue du genre du hack'n slash.
L'Azure Knight est un combattant puissant vêtu d'une épaisse armure, la
Sagita Hunter une archère rapide et agile, l'Incar Magician une
lanceuse de sort qui tire sa magie des éléments, le Vicious Summoner un
invocateur de démons, la Segnale une combattante au fouet disposant de
pouvoirs de guérison et le Bagi Warrior un guerrier gigantesque qui se
fie à sa force brute et à son endurance. Vous trouverez certainement
votre bonheur parmi ces six classes. Par contre, aucune
personnalisation graphique n'est proposée (non non, pas même la couleur
de vos cheveux, n'insistez pas). Les différentes pièces d'armures étant
réservées à une classe et à un niveau donnés, deux Vicious Summoners de
niveau 78 auront une apparence en tous points similaire. Heureusement,
les différents skins sont très sympa : à haut niveau, ils en jettent pas mal.

Du sang, du sang, enfin du sang ! Bon sang que c'est bon !Les
premiers pas dans l'univers de Dekaron confirment que les efforts de
ses développeurs ont porté avant tout sur le dynamisme des combats,
particulièrement bien rendus. Il suffit de cliquer sur un monstre pour
que votre personnage commence à enchaîner une série de coups avec son
arme de base. Les dégâts augmentent à chaque frappe et le nombre de
coups enchaînés dépend de l'arme utilisée, sachant que le combo
peut être bloqué, et donc interrompu par l'ennemi. D'autres aspects
renforcent l'impact des affrontements. A chaque coup porté, le sang
gicle et le monstre recule. Des coups critiques, source d'effets gore,
se déclenchent aléatoirement. Certaines attaques touchent plusieurs
adversaires à la fois et le fait d'attaquer à distance un ennemi posté
à l'arrière revient souvent à toucher ceux qui se trouvent sur la ligne
de visée. Bien entendu, votre personnage dispose par ailleurs de
nombreuses compétences à utiliser en combat. Une barre de raccourcis
vous y donne accès et vous permet également d'utiliser vos potions (on
regrette au passage que les raccourcis clavier ne soient pas
paramétrables). Les combats proposés par Dekaron sont, en somme,
vraiment convaincants. Pour ne rien gâcher, le bestiaire assez varié
propose dès le départ des créatures plutôt coriaces et moins niaises
que ce à quoi nous ont habitués les MMORPG asiatiques.

Les PNJ emploient souvent un langage assez châtié.Autre
point fort : le levelling est plus rapide qu'à l'accoutumée, même si
atteindre le niveau 150 reste un défi de taille réservé aux accros du monster bashing. Ce qui est appréciable, c'est que la montée en puissance de votre avatar
soit aussi visible et aussi prononcée : un personnage de niveau 31 est
sensiblement plus fort qu'un personnage de niveau 30. Là encore, on
sent la griffe hack'n slash. A côté de ça, le système d'évolution, certes moins complexe que dans un MMORPG
asiatique traditionnel, reste intéressant et gratifiant. Vous disposez,
d'une part, de quatre statistiques de base (force, dextérité, santé,
esprit) entre lesquelles il vous faut répartir les points acquis à
chaque gain de niveau. D'autre part, chaque classe de personnage
dispose de ses propres arbres de compétences regorgeant de pouvoirs
divers et variés. L'Incar Magician, par exemple, pourra se spécialiser
dans la voie du feu, de la glace ou de la foudre. Pour acheter une
compétence, il suffit de répondre aux prérequis (avoir atteint un
niveau donné, maîtriser un talent situé plus haut dans la branche...)
et d'aller acheter le livre dédié chez votre maître de classe. Ceci
fait, vous pourrez régulièrement augmenter le niveau des compétences
dont vous disposez : un point vous est gracieusement offert à chaque
niveau franchi. Que demande le peuple ?

A la pèche aux moules, moules, moules...Au
rayon des équipements disponibles, le constat est plus tempéré. Il est
vrai que certaines classes ont différents types d'armes à disposition
(par exemple, la Sagita Hunter peut utiliser l'arc, l'arbalète ou la
dague). Mais, de manière générale, la restriction des pièces
d'équipement à une classe et à un niveau donnés est assez frustrante.
Pour pallier à ce fait, Dekaron propose des items
magiques de rareté différente (normal, magique, noble, noble divin,
légendaire) et, surtout, un sympathique système d'amélioration d'objets
qui n'est pas sans évoquer celui de Rappelz. Certains items
possèdent 1 à 4 slots dans lesquels vous pouvez insérer des pierres
plus ou moins rares afin d'en augmenter les capacités. Si l'item
ne possède pas de slot, vous pouvez lui en ajouter en vous adressant à
l'alchimiste. Vous avez aussi la possibilité de renforcer vos objets
magiques grâce à des pierres nommées Argates, qu'il faut préalablement
avoir eu la chance de trouver : pour cela, rendez-vous chez le forgeron
et priez. Il va de soi que les chances de succès de l'opération peuvent
être améliorées en recourant à l'item shop.
Sachez enfin que Dekaron ne propose pas d'artisanat, mais qu'un système
de pèche bien pensé - aussi dynamique que le sont les combats - permet
d'attraper des poissons (source de points de vie ou de magie) mais
aussi de trouver des bijoux ou des pierres !

Le rythme de jeu évoque celui d'un Guild Wars.Malgré
ces quelques atouts, Dekaron souffre d'un grand classicisme. L'univers
très typé, que l'on pense un moment propice à l'exploration, ne propose
finalement qu'une succession de parcs à monstres guère agréables à
parcourir. Les quêtes, peu originales et rébarbatives, sont de toute
façon peu nombreuses. Il y a bien çà et là quelques instances à
effectuer seul ou en groupe (et dont il faut payer l'accès), mais la
succession d'objectifs qu'elles proposent, très basiques, (nettoyer des
salles, tirer des leviers, ouvrir des portes) n'est pas
particulièrement stimulante. Ce sont généralement, par contre, de bons
plans pour monter son expérience. Le jeu propose aussi des événements
appelés Dead Front : ces instances PvE/PvP consistent à intégrer une
équipe de joueurs pour se lancer à l'assaut d'une forteresse. Au
programme : capture d'objectifs, combat contre des hordes de monstres
et leur boss, puis mêlée générale en PvP. Sorti de ça, si vous aimez vous adonner au PvP
vous ne serez pas déçu, puisqu'outre les possibilités en la matière
(duels, combats en arène, siège de château...), le jeu autorise le PvP
sauvage dans les zones de niveau 20 et +. Toutefois, en dépit de son
contenu plutôt honnête, de sa réalisation soignée et de ses bonnes
intentions, Dekaron a du mal à se distinguer et à motiver les foules.
Sans doute lui manque-t-il un je-ne-sais-quoi d'accrocheur...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum